Pourquoi t’avorte pas ?

J’étais en train de lire les commentaires d’un article d’une blogueuse parlant du problème de l’hyperfertilité. Outre ceux qui blâment en disant qu’il faut penser peut être à mettre un préservatif, ou à changer de contraception, certaines (oui ce ne sont principalement que des femmes qui ont réagi), même beaucoup, ont parlaient de l’avortement.

L’avortement est une solution face à l’hyperfertilité ……… 

Tout d’abord, voici l’article en question « Bonjour, je suis hyperfertile« .

A peu de choses près je me retrouve dans son récit. Tu sais que mes deux dernières grossesses n’étaient pas désirées.

J’ai comme elle, annoncée à Papa que j’étais enceinte de Mini Little en pleurant, il m’a d’ailleurs parlé d’avortement indirectement.

Baby Little, je ne voulais juste pas croire ce que disait mon test de grossesse, j’avais un DIU en cuivre, c’était impossible. Je l’ai caché 1 semaine à Papa. J’étais dans le déni le plus total. je n’ai même pas eu le courage de lui dire de vive voix. Je lui ai laissé un mot dans la buanderie avant de partir à la fac. Quand je l’ai eu téléphone, impossible de me retenir, je me suis effondrée.

Il m’a encore parlé de l’avortement. Je savais qu’il le ferait. Pourtant il savait très bien ce que je pense de cet acte.

Alors oui pour certaines c’est une solution. Pour certaines c’est même recommandé pour des problèmes de santé. Pour certaines c’est aussi un moyen de contraception (pourtant ce n’est pas le cas). Pour certaines c’est une évidence.

C’est vrai quoi, j’ai 25 ans et bientôt 4 enfants. Je suis jeune, je suis de nouveau étudiante dans une filière extrêmement difficile, pourquoi ne pas avorter ?

Pour moi, même si deux de mes enfants n’étaient pas attendu tout de suite, dont un clairement pas au programme dans l’immédiat, ce n’est pas mon cas, ce n’est pas une solution.

Pourquoi ?

Quand j’étais adolescente, je m’étais dis que si je venais à tomber enceinte, j’avorterais de suite. Puis un jour j’ai parlé avec mon père. Mes parents avaient un couple d’amis qui n’arrivaient pas à avoir d’enfants. Les grossesses se succédaient pour elle, mais ça se terminait toujours en fausse couche y compris avec la PMA, le seul choix pour ce couple était l’adoption. Et donc il me disait que autant pour une femme qui faire le choix d’avorter, ce sera pour elle perdre un embryon, un tas de cellules. Autant pour une femme qui voulait un bébé est qui tombe enceinte et que va faire une fausse couche, elle ne va pas perdre un simple amas de cellules ou un embryon mais un bébé.

La vision est différente et ça change tout. 

De là, ça m’a fait cogiter. Je me suis dit alors que c’était alors injuste pour moi d’avorter d’un bébé sûrement sain alors que beaucoup de couples enchaînent les échecs et les années essais sans succès, simplement pour avoir ne serait-ce qu’un seul bébé.

Puis j’ai eu Little, un bébé attendu et désiré. J’ai découvert ce que c’était d’être enceinte, de porter un bébé, d’être deux en un seul, de le sentir bouger en moi. Même si parfois la grossesse n’a pas était une partie de joie.

Après ça je me suis dit que non, c’était alors impossible pour moi d’avorter un jour.

Pour Mini Little et Baby Little, eux qui n’étaient pas attendu, n’étaient pas de simples embryons mais des bébés.

Je pars alors du principe, qu’il faut assumer ses erreurs même accidentelles. Que lui n’a pas demandé à être là. Qu’il es vivant. Que s’il est là, c’est qu’il devait être là.

Même si encore aujourd’hui j’ai tendance à mal vivre ma grossesse et à l’accepter car elle tombe vraiment très mal. C’est un bébé que j’aime dont j’attends l’arrivée avec impatience.

Il y a la douleur psychologique également, comment vivre avec ça. Je sais que certaines arrivent à vivre avec ça. Moi je ne pourrais pas, ça me rendrais malheureuse. Je le sais je le vivrais mal. Ce n’est pas un acte anodin !

Alors non, même si je tombe enceinte facilement et sans le vouloir, je n’avorterais pas, c’est hors de mes principes et de mes valeurs. C’est pour moi un acte impensable. Ce n’est pas ma solution.

Ne vois pas là un lancement de débat à ce sujet, car je ne prendrais pas la peine de débattre. C’est mon opinion, sur mes choix à moi. Pas le peine également de me faire une leçon sur la contraception, car j’en connais un rayon sur tous les moyens contraceptif.

L’hyperfertilité est une réelle problématique et l’avortement n’est pas la solution. 

Laisser un commentaire

29 commentaires sur “Pourquoi t’avorte pas ?”

%d blogueurs aiment cette page :