Ce jour où ils m’ont appelé le « Miracle de Pâques » 6


C’est un billet que j’avais écrit, l’an dernier. Mais qui a été supprimé suite a mon transfert de blog.

C’était un 10 avril, mais c’était avant tout un vendredi Saint………..

Le 10 avril 1998 …

J’avais seulement 6 ans 1/2.

Tout les mercredis, je suivais des cours de piano avec mon voisin qui se faisait appeler  » Sid « . J’adorais jouer du piano avec lui. Etant donné qu’il habitait juste en dessous de chez nous, il m’arrivait d’aller chez lui pour faire continuer mes cours de piano, il me proposait souvent une orange sanguine.

J’avais seulement 6 ans 1/2.

J’étais en CP, j’avais des copines de mon âges (Marine, Laura, Natacha, Elodie …….), avec qui je m’entendais bien et j’en côtoie encore certaines. On imitait les princesses de Watl Disney dans la cours de récréation, on dansait, on chantait, mais je n’ai que très peu de souvenir des deux premiers trimestres de CP. Je n’étais ni bonne, ni mauvaise, (en même temps c’était le CP).

J’avais seulement 6 ans 1/2.

J’étais partie passer mes deux semaines de vacances scolaires chez mon arrière grand-mère comme d’habitude, à Avignon. J’adorais aller chez elle, elle gardait souvent dans une boite, plein de bonbons, mais je ne mangeais que les caramels mous. Tout les lundis et vendredis, on allait passer l’après midi, chez sa copine, Mme B. et parfois, c’était d’un ennuis …..

J’avais seulement 6 ans 1/2.

Nous sommes allées à Cap Sud (Avignon), pour faire les courses de la semaine. C’est ma grande tante Hélène, qui nous y menait en voiture. A l’entrée de centre commercial il y avait un photographe. Mon arrière grand-mère a voulu me faire plaisir et m’a offert une petite séance photo. J’ai posé avec différents chapeaux, je me suis bien amusée ! Nous devions repasser 3 jours après pour récupérer les photos.

 

Ce jour où ils m’ont appelé « Le miracle de Pâques »

J’avais seulement 6 ans 1/2.

Je suis toute excitée, on va aller chercher les photos ! Hélène nous récupère, sans me douter une seule seconde de ce qui aller se passer dans les prochaines minutes.

J’avais seulement 6 ans 1/2.

Ma ceinture de sécurité n’étais pas bouclée, PERSONNE n’a vérifié si j’étais bien attachée ou pas (sûrement parce que c’était un court trajet et qu’on faisait régulièrement ……..).

J’avais seulement 6 ans 1/2.

Je m’étais endormi ….

J’avais seulement 6 ans 1/2.

Je me suis réveillée tout juste une seconde, avant de perdre connaissance.

J’avais seulement 6 ans 1/2.

Je m’en souviens comme si c’était hier !

J’avais seulement 6 ans 1/2.

Ce 10 avril 1998, ma grande tante a seulement brûlé un  » stop « , je n’étais pas attachée. Une voiture qui arrivait par la gauche nous est rentrée de dans. Je me suis réveillé tout juste une seconde à cause du choc. Ma tête ayant tapé contre la fenêtre, j’ai aussitôt perdu connaissance.

J’avais seulement 6 ans 1/2.

Je suis devenue alors un pantin inerte, sans rien pour me contenir, dans une voiture faisant de nombreux tonneaux, suite à ce choque si violent.

J’avais seulement 6 ans 1/2.

Quand j’ai repris connaissance, j’étais sur le dos, étendu au pied de la banquette arrière. J’ai observé, j’ai regardée autour de moi, en essayant de comprendre. Puis j’ai arrêtée pour ensuite chercher une sorte de rouge à lèvre bleu translucide, je ne bougeais que ma tête, qui donnait en dessous du siège du conducteur. Mais j’ai senti quelque chose qui me gênait sous la tête.

J’avais seulement 6 ans 1/2.

J’ai essayé de tourner ma tête en arrière. Il y avait du verre de partout, c’est ça qui me gênait tant. Mais je commence à m’inquiéter, car il n’y avait pas que du verre, il y avait beaucoup de sang. le tapis de sol était imbibé de mon sang.

J’avais seulement 6 ans 1/2.

Je tourne la tête dans tout les sens. Je veux essayer de bouger, mais je ne peux pas. Je regarde mon bras droit qui est levé contre la banquette, je ne peux pas le bouger, je ne comprends pas. Je panique ! Je crie en disant que mon bras est arraché, c’est si important pour moi, qui joue du piano. Je pleure, je crie, j’ai perdu mon calme, j’ai peur, je panique. Je perds connaissance….

J’avais seulement 6 ans 1/2.

Les pompiers sont arrivés. Je reprends connaissance un court instant, juste le temps d’entendre l’un d’entre eux dire à ses collègues  » Attention à sa tête « . Je perds à nouveau connaissance.

J’avais seulement 6 ans 1/2.

Je suis transportée à l’hôpital Henry Duffaut à Avignon. Mais mes blessures sont bien trop graves, alors je suis hélitreuillé à l’hôpital La Timone à Marseille. Je reprends à nouveau connaissance quelques secondes seulement, le temps de voir un médecin avec une sorte de serviette enroulée pleine de sang.

J’avais seulement 6 ans 1/2.

J’ai retrouvé enfin connaissance pour de bon, j’étais dans une immense salle de réveil, je n’avais pas de draps sur moi, juste une simple couche. Je suis complètement sonnée, je sors d’une lourde opération, je regarde autour de moi, je lève la tête et je vois cet écran qui affiche mes constantes, je suis branchée de partout.

J’avais seulement 6 ans 1/2.

J’ai subis un très grave accident de la voie publique. Mes blessures sont graves. Mon crâne est fracassé, j’ai eu une embarrure pariétale (une fracture ouverte de l’os pariétal du crâne) d’environ 15 cm, ces os fracturés font pression sur une partie de mon cerveau, mon bras droit est paralysé. J’ai de multiples plais au niveau du front. J’ai une fracture de l’astragale (un os du pied. Une fracture très rare, ne pouvant se produire qu’avec un choc d’une grande violence).

 

Ce jour où ils m’ont appelé « Le miracle de Pâques »

 

Ce jour où ils m’ont appelé « Le miracle de Pâques »

J’avais seulement 6 ans 1/2.

Dans le journal  » La Provence « , on pouvait lire ceci :

Ce jour où ils m’ont appelé « Le miracle de Pâques »

J’avais seulement 6 ans 1/2.

Le lendemain de mon opération, alors que mon bras avait un score de 0/5, les médecins ont assistés à un miracle, ils m’ont vu me retourner dans mon lit, alors que je dormais, à la force de se bras paralysé. Ils n’ont eu aucune explication à cela. Alors que j’aurais du être hémiplégique suite à mes blessures, puis  » seulement  » monoplégique, voilà que j’ai retrouvée peu à peu la mobilité de mon bras.

J’avais seulement 6 ans 1/2.

Les médecins m’ont surnommé  » Le miracle de Pâques « .

J’avais seulement 6 ans 1/2.

A moins que tu ne sois passé par là, tu ne peux même pas t’imaginer ce que j’ai subit en terme de douleurs. Je me revois entrain de hurler quand il a fallu m’enlever tout ces points de sutures. Ces examen neurologiques où ils m’ont collé des tonnes d’électrodes sur mon crânes encore meurtri et douloureux par ces blessures pour me faire des électroencéphalogrammes. Ces electro-stimulations que l’on m’a fait à mon bras, en me plantant des aiguilles dans la main.

J’avais seulement 6 ans 1/2.

Des tas des séances de kinésithérapie, pour qu’au final, je sois obligée de stopper mes leçons de piano, car j’ai gardée une certaine faiblesse musculaire qui m’empêche d’appuyer sur les touches, et même s’il m’a fait faire des cours de chant par la suite, le piano me manque terriblement !! Et aujourd’hui encore, quand j’habille mes enfants, notamment Mini Little, mais j’ai eu ce problème avec les deux premiers aussi, je ne peux pas écarter correctement la manche pour faire passer sa main, je suis obligé de faire autrement et d’être prudente pour qu’il n’est pas un doigt qui se retourne en lui enfilant son bodie ou son haut …

J’ai vécu 12 ans avec des débris de verre sous la peau de mon front. C’était régulièrement douloureux, je pouvais les faire bouger, il y en avait trois…. Puis l’année où j’ai passée mon BAC, j’ai demandée à me les faire retirer, cela devenait trop douloureux. Pendant 1 mois j’ai eu de puissants anti-douleurs, je dormais en cours à cause d’eux, mais je n’avais plus mal. Le 16 mars 2011, la chirurgienne me les a enlevée, elle a également essayer d’affiner un peu plus une des cicatrices et de me remodeler l’arrondit de mon front, mais en vain, car il y a toujours ce renfoncement ….. Mais elle m’a libérée de ces débris !

J’avais seulement 6 ans 1/2.

A ce jour, mon crâne est déformé, bosselé, je ne peux pas me coiffer comme je le désire, au risque de faire apparaître cette cicatrice. Mon visage est marqué, des cicatrices qui seront là pour le restant de mes jours, et qui me rappelle tout les jours, quand je me regarde dans un miroir, par quoi je suis passée, ce que j’ai endurée.

J’avais seulement 6 ans 1/2.

Ce jour là, ce 10 avril 1998, j’ai vécu quelque chose qu’une enfant (ni personne d’ailleurs), que je n’aurais jamais du vivre, parce que cette personne, ma grande tante, n’a pas respectée ce code de la route qui est imposé à tous les conducteurs.

Ce jour où ils m’ont appelé « Le miracle de Pâques »

Je n’étais pas attachée et elle a  » juste  » brûlée un stop …..

 


Laisser un commentaire

6 commentaires sur “Ce jour où ils m’ont appelé le « Miracle de Pâques »

  • Fanny

    Très très touchant ton article..
    J’ai aussi eu un accident de la circulation à 8 ans, un feu rouge grillé.. Mes blessures n’étaient pas aussi graves que les tiennes, mais c’est quelque chose qui marque à vie. J’ai peu de souvenir de mon enfance, mais celui là il est tellement précis, dans ma tête c’est comme si je l’avais vécu hier.. !
    Tu as été très forte, et parfois je me dis que ce sont ces évènements qui ont fait de nous ce que nous sommes, même si on a des cicatrices qui ne sont pas très jolies et que l’on préfère cacher 🙂

    Fanny du blog http://www.sasaragamana.com

  • priscilia passeron

    Je suis la maman de Laura qui a vécu tout cela avec elle à partir du moment ou elle est arrivée à la Timone ……
    Un des infirmiers est sorti de la salle de soin intensif et à raconté à tout le monde et notamment à la grand mère de Laura qui était là aussi dans la salle d’attente pour me soutenir, ce qui venait de se passer, car le professeur m’a dit lorsque je l’ai vu bouger que cela était impossible après ce qu’elle venait de subir !
    Il faut savoir que nous sommes croyant et que ce jour là, une grande partie des chrétiens ont été prévenu et ont prié pour Laura, de partout en France (Paris, Lyon et le Sud) !!!!
    Après chacun est libre de croire ou ne pas croire, moi, je crois, et en plus j’ai vu !

  • Cheeky-fleur

    Quel article !
    Je salue ton courage et ta force !
    Je reste sans voix mais ton article est bien entendu à partager. Aujourd’hui la ceinture de sécurité est un reflex pour tous (je l’espère en tout cas !) et heureusement !
    Profite de la vie et de ta famille !